Commençons par les bonnes nouvelles : Le récit de notre séjour de pêche au silure est enfin disponible. Fiks en est le principal artisan car, n'ayant que très peu de temps, je n'ai pu qu'apporter que quelques précisions ou photos par brouillon interposé ! Vous le trouverez ICI et tout le mérite en revient donc à Lui. Merci Fiks !

DSCN1638_001

Passons aux mauvaises....

Premièrement, je ne sais pas si je vais arriver au bout de cet article tant mon ordi fait des siennes. Il faut dire que le coup de poing rageur d'il y a quelques jours sur le notepad n'a pas du arranger les choses...

Deuxièmement, et là je rigole moins, il va falloir à nouveau contacter mon assurance maison !

Je m'explique. Hier matin, 8 heures, le ciel s'obscurcit brusquement, et là, premier et impressionnant déluge. Je scrute le niveau de l'eau dans la rue et je constate avec soulagement que les travaux de l'année dernière ont porté leurs fruits. La route n'est plus qu'un torrent boueux mais il contourne gentiment mon terrain pour aller se jeter dans le chemin puis dans le champ en contre-bas.

Je m'absente l'après midi pour un petit truc médical et quand Madame vient me récupérer, alors qu'un autre orage vient de se terminer, je vois à sa tête que quelque chose ne va pas.

Une fois rentré je comprend. Et je vois que les travaux ont trop bien joué leurs rôles. L'eau étant maintenant dirigée vers les bouches d'évacuations, celles-ci ont saturé lors du deuxième orage (il faut dire que depuis la dernière coulée de boue, deux champs de plusieurs hectares déversent leurs eaux de trop-plein directement dans la rue). La plaque du regard ( 1mètre de cotés sur 1,5 mètre de profondeur quand même, avec une buses de 600 ) a alors explosé sous la pression, inondant une fois de plus mon parking et ravageant le coté adjacent à la pelouse. Et évidemment, le garage se retrouve encore ave 15 cm de boue...

DSC02917_001_copier

Du coup, c'est reparti pour une jolie séance de coups de téléphone aux assurances, à l'expert, à la mairie, etc etc etc....

Pour nous consoler, si on peut dire, ce fût un vrai cataclysme un peu partout. Le village d'à coté a 40 cm d'eau dans les rues, deux des trois routes qui mènent à la maison sont coupées en raison du bitume qui s'est littéralement déchiré, plusieurs accès sont coupés par des éboulements, bref ! La cata !!!

Je vous laisse donc, j'ai du pain sur la planche....

A bientôt !